Optimiser la fin de vie de l’emballage : bonnes pratiques et idées reçues

L’éco-conception, c’est trouver le juste équilibre entre les fonctions premières de l’emballage et son impact sur l’environnement. 

Bien sûr, nous l’avons vu, cette démarche se décline en différents points par :  

Mais cela suppose aussi d’anticiper la fin de vie de cet emballage dès les prémices de sa conception. 

Fin de vie de l’emballage, tri et recyclage : quelques idées reçues à oublier… 

 « Lemballage est un véritable fléau pour l’environnement » 

 Depuis plusieurs décennies, les emballages sont pointés du doigt pour leur impact écologique.  

Pour autant, n’oublions pas qu’ils sont indispensables pour la protection du produit emballé (les packagings alimentaires sont soumis au règlement 1935/2004) et pour la santé du consommateur. En effet, il améliore la conservation alimentaire et limite le gaspillage, ce qui a un impact positif sur la réduction des déchets.   

« Les filières de tri en France sont mal abouties » 

 Les filières de tri du carton sont depuis plusieurs années à maturité. Mais pour le plastique où en sommes-nous ? 

Là aussi les pratiques évoluent. Même si certaines matières plastiques sont loin d’être recyclables, les industriels travaillent depuis plusieurs années sur la matière pour faciliter leur valorisation et optimiser leur recyclabilité. 

Des acteurs clés au cœur de la valorisation et la fin de vie des emballages

 La gestion de la fin de vie des emballages réunit plusieurs acteurs, essentiels pour son bon déroulé :  

  • Un éco-organisme, comme éco-emballagesorganise, pilote et développe le recyclage en France ; 
  • Les collectivités localesont bien sûr un rôle à jouer dans la collecte des déchets et dans la sensibilisation aux gestes de tri ; 
  • Les centres de triséparent les éléments par type de matériau ; 
  • Les centres de recyclage transforment les déchets vers une nouvelle matière pour ainsi produire de nouveaux objets